Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 juin 2007 6 16 /06 /juin /2007 14:48
Quand on arrive dans les îles dépendant de l'état d'Hawaii, on cherche à faire un parallèle avec la Polynésie française, car les premiers habitants au VI ème siècle venaient des îles marquises, puis plus tard (XI ème siècle) de Tahiti.
Mais c'est aussi absurde que de vouloir comparer St Tropez et la Côte d'azur, avec un petit port de Bretagne et la côte bretonne.
La Polynésie française, c'est encore (mais pour combien de temps) un coin sauvage où les polynésiens sont chez eux et où les "popaa" (rappel pour ceux qui ont raté des épisodes, un popaa est un métropolitain) se sont intégrés à la vie locale, tout comme les asiatiques, et cette mixité n'est pas source de conflit (en tout cas je ne l'ai pas ressenti). L'accueil y est chaleureux, et très peu mercantile. Hors Papeete, il n'y a pas grand-chose à faire, sinon passer des heures à admirer les lagons aux mille nuances de bleus et de verts, se promener dans la nature encore intacte, et se laisser aller à la nonchalance qui y règne en maître.
Les îles hawaïennes sont le 50ème état des USA, et ça se voit dès l'arrivée.
Les trucks sont remplacés par des Chevrolet Tahoe (très gros 4x4 valant plus de 120 000 €) les boutiques asiatiques ou tahitiennes sont remplacés par des magasins chics où l'on trouve les meilleures marques, et le dollar est roi. Normal on est aux USA.
Je comprends très bien que les américains se sentent beaucoup plus à l'aise dans cet univers que dans celui dépaysant de la Polynésie française. Le seul point choquant, c'est que Hawaii soit nettement moins cher que Papeete.
En résumé, poser la question de savoir s'il faut transformer l'économie de la Polynésie française, en intensifiant le tourisme et les activités connexes, est aussi "sensible" que d'aborder les sujets politiques.
Pour revenir à notre croisière, lorsque j'avais retenu l'excursion dans la première île dans laquelle nous devions faire escale : Hawaii (capitale Hilo) j'avais été surpris que 4 mois avant l'excursion le ticket marquait : Need umbrella (parapluie nécessaire). Or l'image que nous avions de Hawaii, c'était un ciel toujours bleu, de la chaleur et des surfeurs.
Nous sommes arrivés le jeudi 14 juin sous une averse tropicale, et nous avons passé la journée sous des nuages menaçants, et sous des averses fréquentes.
Tous les magasins de souvenirs où nous sommes passés vendent des imperméables de fortune en plastique, ce qui prouve qu'il y a un marché. Renseignement pris il pleut 3 jours sur 4 sur l'île d'Hawaii, au point que sur les imperméables, il y a marqué: "For liquide sunshine" ce qui sur un plan marketing est assez fort. Le record est de 300 jours de pluie par an ! mais cette information n'est pas beaucoup mentionnée dans les guides touristiques.
Notre excursion a duré toute la journée, et a débuté par la visite des quartiers dévastés par les 2 tsunamis de 1946 et 1960, qui ont été transformés en parc. Photo sous la statue du roi Kamehameha et plus loin de l'arbre le plus grand qui porte le nom de Georges V:
 
DSC-0465-a-light.jpg  
 
Puis visite du jardin exotique tropical. Difficile de choisir sur la cinquantaine de photos de fleurs prises les plus représentatives, j'espère que celles-ci vous plairont:
 
DSC-0476-a-light.jpg 

DSC-0498-a-light.jpg
 

  DSC-0564-a-light.jpg

 

 
  DSC-0532-a-light.jpg

Puis nous sommes allés dans une réserve naturelle découvrir les cascades et les fougères géantes (qui sont bien ici et non en Polynésie française). L'île étant avant tout volcanique, nous avons pu pénétrer dans un tunnel de lave, malheureusement l'explication de sa formation est trop longue à décrire dans cet article.
 
Nous sommes ensuite parti en bus à la découverte des volcans qui sont encore en activité et qui crachent des vapeurs très chaudes de souffre, que nous avons pu approcher de près. Impressionnant.
 
DSC-0541-a-light.jpg  DSC-0542-a-light.jpg

DSC-0550-a-light.jpg
DEs offrandes sous forme de nourriture et de fruits sont apportés, encore de nos jours, aux dieux; on peut le voir sur la dernière photo en bas à droite: le point orange est un fruit.

Notre guide (beaucoup plus bavard que moi) a fait en sorte que nous sommes arrivés les derniers, après l'heure limite d'embarquement à 17h35; heureusement que le bateau n'était pas au large, mais à quai. Il est parti à 18h pour rejoindre Maui, là où les surfeurs du monde entier se donnent rendez-vous.
Nos amis Maccario se débattent toujours avec leur problème de carte Visa, et c'est avec angoisse qu'ils voient arriver le Week-end (et la fermeture des banques) et la fin de la croisière. Ce qui ne nous fait pas rigoler du tout car rien ne dit que notre compte ne sera pas bloqué lui aussi. Ce soir nous avons fait un petit calcul avec Claude: Au tarif où sont payés les employés philippins et indiens de base, nous devrions faire la plonge pas mal de mois pour éponger nos dettes.
 
A suivre…
 
PS: Ceux qui ont vu le précédent article (J + 24 et 25) avant que toutes les photos ne soient mises en place, peuvent le rouvrir car j'en ai ajouté 5.
Partager cet article
Repost0

commentaires

A
Super photos Papa ; en net progres ...<br /> Bonne FETE !!!!!!!!<br /> bisous
Répondre
N
Comme quoi, Eléonore, il ne faut pas toujours croire ce qu'on nous dit et même ce qu'on voit!
Répondre
E
"On m'aurait menti?" Hawaii, le ciel bleu, Magnum et sa Ferrari toujours décapotée, c'est du pipeau.... En tout cas toute cette pluie donne de magnifique fleurs.
Répondre
P
On a été capable de résister 26 jours avant de définitivement craquer :-))<br /> <br /> <br /> <br /> <br />
Répondre